LES SERIES DE LA TELOCHE

UNE FEMME EN BLANC

genre : comédie sentimentale

 

nombre d'épisodes : 6
1 saison

 

durée de l'épisode : 1h30

 

date et lieu de naissance de la série :
le 31 mars 1997 sur France 2

 

l'histoire : La vie quotidienne d'un hôpital de proximité en Bourgogne, un univers passionnant où se croisent tous les drames humains et toutes les espérances de vie.

une-femme-en-blanc_68015_1.jpg
 

LES PERSONNAGES

MARGAUX DAMPIERRE (Sandrine Bonnaire)
une-femme-en-blanc_68010_1.jpg
Femme chirurgien, elle débarque dans un hôpital de province où elle vient d'être embauchée.

Elle réussit une opération des plus périlleuses, où la vie du patient ne tient qu'à quelques secondes, sous l'oeil ébahi du personnel qui n'a jamais vu ça ! Ce qui lui vaudra la haine de l'interne qui n'était pas à son poste et qui ne peut lutter face à la beauté de Margaux.

 

Découverte dans "A nos amours" de Maurice Pialat à l'âge de quinze ans, Sandrine Bonnaire est devenue une valeur sûre du cinéma français, prouvant par ses choix audacieux qu'elle peut tout  jouer.

C'est la première qu'elle tournait pour la télévision.

 

DANIEL ROUX (Christian Brendel)

L'ex-amant de Margaux. C'est lui qui lui a fait la proposition d'intégrer la maternité de la Chartreuse.

Les retrouvailles compliquent les choses, d'autant plus qu'il ne sait pas qu'Eric est son fils. 

 

Christian Brendel a suivi une formation de comédien à l'Ecole nationale supérieure des arts et techniques du théâtre, appelée aussi Ecole de la rue Blanche. Il a également travaillé l'improvisation théâtrale avec Philippe Adrien à La Cartoucherie de Vincennes.
Christian Brendel est un habitué des séries télévisées (de "Commissaire Moulin" à "Un village français", en passant par "Joséphine Ange Gardien" ou encore "Julie Lescaut").  

 

MAXIME DE MONTPENSY (François Perrot)

Le docteur Maxime de Montpensy, directeur de l'hôpital de La Cjhatreuse, n'hésite pas à tout entreprendre pour salir l'honneur de médecin de Margaux Dampierre. 

 

Après plus de 50 ans de carrière, François Perrot dispose d'une filmographie importante, aussi bien au cinéma qu'à la télévision.
Il a débuté dans la troupe de Louis Jouvet, puis au TNP dirigé par Jean Vilar.
Son physique élégant l'amène au cinéma où il interprète les notables, plus ou moins respectables.
Bertrand Tavernier trouve, derrière cette apparence bourgeoise qui prédestine François Perrot aux rôles de PDG, un interprète idéal. Il le dirige dans "Coup de torchon" puis dans "La Vie et rien d'autre", qui vaut à l'acteur une nomination au César du meilleur second rôle.

Dans les années 80, il met son personnage au service de plusieurs comédies. On peut se souvenir des rôles de directeur de banque dans "Pour cent briques, t'as plus rien...", en patron de Coluche dans "Banzaï" et dans "Les Morfalous".
François Perrot est également très actif à la télévision où il joue dans plusieurs séries telles que "Châteauvallon", "Le Château des Oliviers", "La Prophétie d'Avignon"...
Au théâtre, après avoir été dirigé notamment par Jean-Louis Barrault et Robert Hossein, il obtient un grand succès avec Maria Pacôme dans "Les Seins de Lola".

 

ERIC DAMPIERRE (Jérôme Hardelay)
1394295111.jpg
Dix ans, le fils de Margaux. 

 

Issu de la publicité, Jérôme Hardelay a déjà un court et un long à son actif, quand il décroche le rôle d'Eric.
Sa carrière est lancée est durera 20 ans, jouant aux côtés de Jean Reno, Christian Clavier, Muriel Robin, Gérard Depardieu, Claude Berri, Thierry Lhermitte, Richard Bohringer ou encore Roger Hanin.

 

GROS PLAN

une-femme-en-blanc_68017_1.jpg


La série est adaptée du roman de Janine Boissard, Une femme en blanc.

 

La première scène d'Une Femme en blanc est conçue comme un clin d'oeil à Urgences. Avec l'arrivée au grand galop d'un blessé grave et quelques plans rapides: pinces, blouse verte, mains qui ne tremblent pas, scalpel. Mais le rythme ralentit vite.

 

Le reste du casting est à la hauteur. Citons Daniel Rialet, Gérard Rinaldi, Martine Sarcey Jacques Spiesser...
Une femme en blanc marque la première apparition de Gaspard Ulliel à l'écran, alors qu'il n'a que 11 ans.

 

Trahison, amour, grandes passions : tous les ingrédients d'un succès populaire sont réunis. 

une-femme-en-blanc_68031_1.jpg


la réalisation :
correcte, signée Aline Issermann.

 

le générique : introuvable

 

les décors : les décors naturels se trouvent en Bourgogne.

 

 



11/11/2017
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres