LES SERIES DE LA TELOCHE

LES CINQ DERNIERES MINUTES

 

 genre : policier

 

nombre d'épisodes :

155 (dont 51 en noir et blanc)

4 saisons

 

durée de l'épisode : 90 mn

 

date et lieu de naissance de la série :

Première saison : le 1er janvier 1958 sur RTF Télévision

Seconde saison : le 19 juillet 1974 sur la première chaîne de l'ORTF

Troisième saison : en 1975 sur Antenne 2

Quatrième saison : en 1992 sur France 2

 

l'histoire : les enquêtes policières d'un inspecteur et de son adjoint, qui recherchent des indices en même temps que le téléspectateur, afin de découvrir le coupable.

 

LES PERSONNAGES

ANTOINE BOURREL (Raymond Souplex)

Inspecteur, puis Commissaire, cet enquêteur est confronté à des milieux professionnels ou sociaux qui lui sont étrangers : les champs de courses hippiques, les agences d'intérim, le monde de la tour Eiffel, des Halles, les ferrailleurs etc...

Prenant volontiers à témoin les téléspectateurs de son action et de ses doutes, (concept original abandonné après quelques épisodes), l'inspecteur est célèbre pour son célèbre : « Bon Dieu ! Mais c'est… Bien sûr ! » quand il découvre qui est le coupable.

 

Raymond Souplex est né le 1er juin 1901 à Paris.
Il tente d'entrer au Conservatoire en 1920, mais il échoue.
En parallèle à ses études de droit au lycée Louis-le-Grand et à son premier emploi de clerc, il compose des chansons et écrit des sketches au cours des années 1930.
Il devient chansonnier et tourne dans des cabarets et cafés-théâtres parisiens.
Dès 1935, il participe aux émissions radiophoniques de "Radio Cité" où il interprète le rôle d'un clochard philosophe dans l'émission humoristique "Sur le banc". De cette émission sera tiré en 1955 le film du même nom de Robert Vernay où il tient le rôle principal du clochard.
Durant la Seconde Guerre mondiale, Raymond continue à se produire, par exemple au "Théâtre de Dix-Heures", au "Théâtre des Deux Ânes", ou sur "Radio Paris".
A la libération, il reprend son émission "Sur le banc" sur l'antenne de "Radio Luxembourg" de 1949 à 1963.
Sa carrière cinématographique démarre en 1939, avec le film "Sur le plancher des vaches" avec Noël-Noël.
En 1948, Henri-Georges Clouzot l'engage dans "Manon", aux côtés de Cécile Aubry, Serge Reggiani et Michel Bouquet.
En 1957, Claude Loursais le choisit pour devenir l'acteur principal Des "Cinq Dernières Minutes".
Raymond meurt des suites d'un cancer du poumon à l'âge de 71 ans, pendant le tournage du cinquante-sixième épisode.

 

A la suite de mort de son interprête, le Commissaire Bourrel fut remplacé par d'autres policiers :

Le Commissaire Le Carre (Christian Barbier de 1974 à 1975) 

Le Commissaire Cabrol, sans doute le plus connu (Jacques Debary de 1975 à 1992)


Le Commissaire Massard (Pierre Santini de 1993 à 1996)

 

 

GROS PLAN

 

A ses débuts, la série était une émission-jeu, qui, tournée en studio, était diffusée en direct.

Deux téléspectateurs assistaient au tournage et devaient deviner qui était le coupable de l'intrigue. Chacun des deux avait le droit de se faire repasser deux passages de son choix, que revoyaient aussi les téléspectateurs.

Au fil des années, de nombreux acteurs ont figuré au générique de la série : Henri Serre, Françoise Fabian, Pierre Brasseur, Bernard Fresson, Serge Gainsbourg, Christian Rauth, Anémone, Paul Le Person, Pierre Clémenti, et même Jacques Martin dans son propre rôle, lors du tournage de ses émissions dominicales depuis le Théâtre de L'Empire (photo). 

 

Cette série rencontra un énorme succès populaire jusqu'à la disparition de son interprète principal, Raymond Souplex, en novembre 1972. Par égard pour son interprétation, les commissaires incarnés par les acteurs suivants ne se nommeront plus Bourrel.


 

L'intégrale des épisodes avec Raymond Souplex et Jacques Debary existe en DVD.

 

 Les cinq dernières minutes fûrent pastichées par Gotlib dans les Rubriques-à-brac.

 

la réalisation : s'est forcément améliorée au fil du temps, avec une atmosphère toute particulière à chaque épisode.

 

les décors : entièrement tournée en studio, dans les premiers épisodes, la série part en extérieurs et entraîne les inspecteurs sur le terrain par la suite.

 

le générique : fait partie intégrante de chaque épisode, mais la musique est culte. Elle s'intitule Arsenic Blues, a été composée par Marc Lanjean, avec trompette solo interprétée par Pierre Thibaud dans un style jazz.

 



28/07/2015
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres