LES SERIES DE LA TELOCHE

CODE QUANTUM

 

 
titre original :
Quantum leap (Saut quantique)

 

genre :
fantastique

 

nombre d'épisodes :
95 épisodes
5 saisons
+ 1 pilote de 90 mn

 

durée de l'épisode :
50 mn

 

date et lieu de naissance dela série :
le 26 mars 1989 sur NBC aux Etats-Unis
le 19 septembre 1993 sur la chaîne câblée Série Club en France

 

l'histoire :
à la suite d'une expérience de voyage dans le temps râtée, le docteur Sam Beckett est condamné à "sauter" d'une identité à une autre pour réparer les erreurs du passé et ce, dans les limites de sa propre existence.
Il est aidé par Al, son ange-gardien qui lui apparaît sous forme d'hologramme.
Pour couronner le tout, Dieu prend le contrôle de l'expérience.


LES
PERSONNAGES

 

SAM BECKETT
(Scott Bakula)

imagesP2US95DC.jpg
Samuel Beckett est né le 8 août 1953 à Elk Ridge, dans l'Indiana. Ses parents, John Samuel et Thelma Beckett, sont fermiers.

Sam a une soeur cadette, Kate, qui fera un mariage malheureux avec un alcoolique, et un frère aîné, Tom, qui mourra au Vietnam.
Après des études de surdoué au lycée d'Elk Ridge, Sam entre au Massachusetts Institute of Technology (MIT) sous la férule du professeur Sebastian Lo Nigro, avec lequel il posera les premières bases de sa théorie du voyage dans le temps.
Au cours de ses études supérieures, il décrochera six doctorats (médecine, langues anciennes, physique quantique...).

 

Doté d'une intelligence exceptionnelle (un QI de 267, excusez du peu) et d'une mémoire photographique, il parle couramment plusieurs langues vivantes dont la japonais, et quelques langues mortes, comme l'égyptien antique.

Expert en arts martiaux, c'est un pianiste suffisamment accompli pour avoir joué

en concert au Canergie Hall.
Accessoirement, celui que le magazine Time a baptisé le nouvel Einstein, a également un prix Nobel de physique dans sa besace.


De nombreux indices viennent étayer une hypothèse intéressante : n
ous vivons dans un monde changé par Sam. Avant son intervention, Jackie Kennedy était elle aussi victime de Lee Harvey Oswald, lors de l'attentat qui coûta la vie au président. Un autre épisode le subodore. Marylin Monroe succombait en 1960 à un cocktail fatal d'alcool et de barbituriques, sans achever Les désaxés (The misfits).


C'est sur les conseils d'Al et de Ziggy que
Sam déclenche le grand black-out de 1967 qui plongea toute la côte est des USA dans les ténèbres. Et son incursion dans l'immeuble du Watergate met la puce à l'oreille des services de sécurité. On sait ce qu'il en adviendra. Sam inspirera incidemment au jeune Buddy Holly les paroles de sa plus célèbre chanson : Peggy Sue.

Il croise également la route d'un gamin roux à lunettes : le futur Woody Allen. Idem pour Sylvester Stallone, Bill Clinton, et sera même dans la peau d'Elvis Presley, à l'aube de la gloire.
Il apprend le Moonwalk au jeune Michael Jackson et le twist à Chubby Checker. Il s'incarnera en
lui-même à l'âge de seize ans et soufflera quelques idées de romans à Stephen King. Il suggère involontairement au jeune Donald Trump l'idée de bâtir la Trump Tower. Sam parle de harcèlement sexuel en présence d'une certaine Anita Hill qui, en 1991, porta plainte sur ce point contre le juge Clarence Thomas. Il contribue enfin au futur patronyme de Martin Luther King.  

 

ALBERT CALAVICCI dit AL
(Dean Stockwell)

imagesAXADPAP7.jpg
L'amiral Albert Calavicci est né le 15 juin 1934.

Abandonné très tôt par sa mère, Al passe une partie de son enfance à l'orphelinat avec sa soeur Trudy, attardée mentale, pendant que son père travaille à l'étranger.
A la mort de celui-ci, Al fuit l'orphelinat, mène une existence mouvementée et fréquente divers milieux : académies de billards, salles de boxe, compagnie de théâtre itinérant, cirques, avant de s'engager dans la marine et d'y
devenir pilote.
Pouvant désormais subvenir à ses besoins, il veut retirer sa soeur de l'établissement psychiatrique où elle se trouve, mais elle est morte d'une pneumonie.

Il poursuit sa carrière dans la marine, épouse Beth en 1961.
Il participe au projet Apollo, fait le tour de la Lune, avant d'être appelé au Vietnam.
Il y sera fait prisonnier et subira six ans de captivité.
A son retour, Beth, qui le croyait mort, a refait sa vie.
Al devient amiral, en dépit d'une existence turbulente : quatre mariages déboucheront sur autant de pensions alimentaires. On se demande comment il peut encore se permettre ses tenues extravagantes et ses énormes cigares.
Quand Sam le rencontre, sur le projet Star Bright, il est alcoolique. Sam l'aide à surmonter ses problèmes. Ensemble, il fonderont le projet Quantum.
Al a eu cinq femmes dont à part la première, Beth, il n'a pas gardé de souvenirs nets. Toute tentative, d'ailleurs, de dresser
une liste chronologique des épouses d'Al en fonction de ses déclarations est vouée à l'échec par trop de contradictions.
Il entretient une liaison avec Tina, du projet Code quantum.

 

imagesVATHOCK0.jpg

On apprend de la part de Al que sa soeur était atteinte du syndrome de Downs, et qu'il n'aime plus la viande.

Mais nous ne sommes pas à l'abri de quelques erreurs : Al parle de son université, alors qu'il n'y a jamais mis les pieds, puis il évoque l'attitude de ses parents quand il avait quinze ans, alors qu'il a été abandonné par sa mère et que son père l'a peu élevé.

Wallpaper-quantum-leap-32404656-1280-720.jpg
 

GROS PLAN

 

Série culte des années 1990, Code quantum est une création de Donald P. Bellisario (Magnum, Supercopter).
Débutant par une première saison de huit épisodes (dont le pilote), elle en comptera finalement 95, dont certains en deux parties. Scott Bakula, après plusieurs nominations au Golden Globe du meilleur acteur, le décroche en 1991.

 

Il côtoiera quelques guest-stars parfois inattendues : Brooke Shields, Jason Priestley, Teri Hatcher, K Callan, Deborah Pratt (madame Bellisario à la ville), Joseph Gordon-Levitt. Ce dernier fut d'ailleurs nommé au Golden Globe du meilleur enfant-acteur dans une série.
A noter que Dean Stockwell est lui-même un ex enfant-acteur des années 40 et 50.

 

serif;">la réalisation :
très soignée, confiée à plusieurs réalisateurs (dont Bellisario et par trois fois à Scott Bakula).

 

les décors :
très variés puisque Sam se promène un peu partout à travers les Etats-Unis et durant la seconde moitié du vingtième siècle.

 

le générique :
célibrissime.
La voix de Scott Bakula récitant le texte d'ouverture et la musique est signée Mike Post.

le doublage :
Scott Bakula est doublé par Guy Chapelier (qui double Fûté dans L'agence tous risques) et Dean Stockwell par Bernard Soufflet.

 


02/07/2013
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres